Make pollution great again

Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l’industrie américaine non-compétitive

Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l’industrie américaine non-compétitive

La seule chose surprenante dans le fait que Donald Trump sorte les Etats-Unis de la #COP21 c’est qu’il aura finalement respecté une de ses promesses de campagne et suivi une ligne cohérente après la nomination d’un climatosceptique à l’Environnement. 

Beaucoup de leaders politiques se joignant au « Trump bashing » ne devraient pas oublier qu’ils sont eux-mêmes soutiens directs ou indirects de projets ravageurs pour la planète. 

Comme le protocole de Kyoto, la COP 21 semble déjà s’avérer aussi obsolète que son prédécesseur en ce qui concerne les plus grands états pollueurs. Chacun peut juger de ses "besoins" (centrales thermiques pour la Chine, fracturation pour les USA, charbon pour l’Allemagne…) tant les régulations sont minimes ou éloignées dans le temps (2030 pour la Chine) et sans véritable organe de contrôle. Une espèce d’ONU de l’environnement... D’ailleurs, on peut se dire que si 195 états, dont la Chine, ont ratifié l’accord en moins d’un an, c’est qu’il ne les expose pas à grand-chose. Douze grandes multinationales américaines dont ExxonMobil étaient en faveur du traité donc Trump continue simplement, à mon humble avis, son œuvre de déconstruction de l’ère Obama tant il le déteste (et ses compatriotes avec). De plus à cause des modalités de sortie du traité c'est son successeur qui décidera véritablement.

En France, le débat sur transition écologique n’a même pas encore commencé, le thème ayant été globalement absent de la campagne présidentielle (excepté PS/ FI). Nous ne sommes pas passés à l’agriculture raisonnée (n'avons pas ouvert non plus le débat sur la souffrance animale et sur son coût de production). Nous n’avons pas de plan à moyen et long terme pour passer aux énergies renouvelables. Les entreprises énergivores comme Total ou Areva sont rarement jugées et sanctionnées mais plutôt arbitrées à décharge ou laissées en toute impunité (Dakota/ BNP, Guyane/ Columbus Gold, Nordgold...). La France n'est clairement pas en mesure de pouvoir se gargariser de ses progrès, ni de donner des leçons à qui que ce soit.

Les scientifiques, politiques, lobbies économiques, ONG environnementales semblent s’être mis d’accord sur un consensus pétri de bonne conscience où l’on parle de (certains) enjeux climatiques sans agir. Ou l’on prévoit des désastres environnementaux tout en continuant de promouvoir le culte de la croissance infinie et son paradigme. 

Parce que concrètement que peut-on modifier dans une économie productiviste mondialisée ? Allons seulement, #Covfefe is the new YOLO. #Nosenfantsnousmaudiront